4 142 sites pollués recensés en France

sites-pollues-france

Le ministère de l’écologie a publié jeudi 6 novembre un panorama actualisé des sites pollués par des activités industrielles recensées dans sa base de données Basol.

Télécharger le pdflogo.pdf  « Basol : un panorama des sites et sols pollués,ou potentiellement pollués, nécessitant une action des pouvoirs publics« 

La France compte aujourd’hui 4 142 sites industriels dont le sous-sol se trouve pollué par des métaux lourds ou des hydrocarbures, qui présentent un risque pour la santé ou l’environnement et nécessitent une action des pouvoirs publics. Sans surprise, la grande majorité de ces sites se trouvent dans les anciennes régions minières ou les régions les plus urbanisées comme l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais ou Rhône-Alpes.

sites pollués france2

La pollution peut provenir des rejets dans les panaches des cheminées d’usine, d’accident de manutention ou d’un mauvais confinement de produits toxiques.

Une base de données créée en 1990

L’ensemble de ces sites sont inscrits dans la base de données Basol du ministère de l’environnement, créée en 1990. Cette inscription peut survenir lors d’une inspection des services de l’État, au moment d’une cessation d’activité ou à l’initiative des exploitants en cas de pollution accidentelle.

Des écoles sur des sites pollués

D’après le document publié jeudi 6 novembre, 45 % de ces zones sont des sites industriels toujours en activité, un peu moins d’un tiers sont des friches et environ un quart sont réutilisés. Avoir accueilli une activité industrielle polluante n’empêche pas certaines de ces zones de revivre en… zone agricole.

A Fos-sur-Mer, le 2 novembre 2013. 

Sur 618 sites étudiés, 28 sont dans ce cas. Treize ont été dépollués mais dix n’en sont encore qu’au stade du diagnostic. Plus surprenant : les services du ministère ont recensé 18 écoles installées sur des sols pollués, quatorze de ces sites ayant été traités. En revanche, quatre sont encore en cours d’évaluation.

63 % des sites ont été nettoyés

Globalement, près de 63 % de l’ensemble des 4 142 sites répertoriés ont été dépollués. La grande majorité (54,5 %) reste cependant sous surveillance ou se voit imposer des restrictions d’usage. Dans 11 % des cas, des travaux de nettoyage sont encore en cours, quand 21 % en sont encore au stade de l’évaluation.

pollution4

Un peu plus de 8 % ont été entièrement banalisés. Une fois revenus à la « normale », les sites nettoyés sont supprimés de l’inventaire Basol et rejoignent une autre banque de données du ministère de l’écologie qui garde en mémoire l’ensemble des endroits ayant connu une pollution d’origine industrielle (Basias).

160 sites « orphelins »

Théoriquement, c’est à l’exploitant responsable de la pollution ou à défaut du propriétaire du terrain de procéder à la dépollution de la zone. Mais il arrive que des industriels indélicats s’évaporent après une faillite et restent introuvables, notamment s’il s’agit d’une filiale d’un groupe étranger. D’après le ministère, 160 sites dits « orphelins » se trouvent dans ce cas de figure. C’est alors à l’Ademe qui prend en charge les travaux de dépollution.

pollution france5

Source: La Croix

Vu sur Wikistrike

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s