Juste avant le 11 septembre 2001, L’Inde fut arrosée durant 6 semaines par des pluies rouge sang.

90314659_p

Eté 2001, la région du Kerala en INDE fut arrosée durant 6 semaines (presque deux mois ?) par des pluies rouge sang comme pour annoncer un évènement futur sanglant et rajouter à la mise en scène apocalyptique du 11 septembre, l’année 2001 a été l’ouverture de portes, le 11 exactement, pour faire pénétrer dans notre dimension des entités de basses fréquence comme ce phénomène observé sur toute les chaines TV  le 11 septembre, qui en dit long sur le type d’énergie activé lors de ce sacrifice de + 3000 personnes ..

satansface110905_560

FaceinSmokeWTC

demon3

9/11 devil in the world trade center

C’est le 25 juillet 2001 qu’une première pluie rouge tombe et colore les vêtements de la population de Kerala. L’averse est tellement rouge en certains endroits que les gens croient qu’il s’agit de sang. Les pluies rouges ont été concentrées sur Kerala pendant 2 mois malgré les changements de vents et de températures.

Analysé en LABO, les scientifiques ont été étonné de voir que ce n’était pas des particules de terre élévée dans les nuages qui coloraient la pluie, c’était bien du vivant…..mais pas de sang……ils les analysèrent et s’aperçurent qu’elles ne comportaient pas non plus d’ADN……Bizarre ???, de plus en plus BIZARRE….mais qu’est donc que cette PLUIE ROUGE que les Indiens identifièrent comme un signe de l’Âge du KALI YUGA, la fin du monde version Indou….

En 2001, de nombreuses personnes observent qu’une pluie rouge tombe sur Kerala dans la pointe sud de l’Inde au cours d’une période de deux mois. L’une de ces personnes a été le Physicien Godfrey Louis, de la Cochin Université des Sciences et de la technologie. Intrigué par ce phénomène, Louis collecta de nombreux échantillons de pluie rouge, déterminé à découvrir ce qui causait la «  » »contamination de la pluie » » », peut-être du sable ou de la poussière de quelque désert lointain aspirés par le vent dans les nuages. Godfrey Louis, dès le départ, ne croit pas qu’il s’agisse de pollens et ou des spores emportés par les pluies, car les averses auraient été rouges dès le début, ce qui n’a pas été le cas…

Sous le microscope, cependant, il n’a trouvé aucune preuve de sable ou de poussière. Au lieu de cela, l’eau de pluie était remplie avec des sortes de globules rouges qui ressemblent remarquablement à celle du sang sur Terre……mais qui n’en était pas vraiment…

Ce qui était étrange, c’est que Louis n’a trouvé aucune preuve d’ADN dans ces cellules, ce qui lui fait dire que ce ne sont pas des cellules biologiques connus sur terre ( en effet, les globules rouges terrestres sont détruites rapidement par l’eau de pluie).

Louis a publié ses résultats dans les revues d’astrophysique et d’espace en 2006, avec la suggestion de principe que les cellules pourraient être extraterrestre, peut-être issues d’une comète qui s’était désintégré dans l’atmosphère supérieure, puis avait ensemencé les nuages avant que les cellules descendent sur Terre par la PLUIE .

En fait, Louis dit qu’il y avait eut des rapports dans la région d’un bruit SONIC BOOM-type à l’époque, ce qui pourrait avoir été causé par la désintégration d’un «  » objet volant non identifié «  » » dans la haute atmosphère.

Depuis lors, Louis a continué d’étudier les cellules avec une équipe internationale comprenant Chandra Wickramasinghe de l’Université de Cardiff au Royaume-Uni et l’un des principaux partisans de la théorie de panspermie , qu’il développa dans la seconde moitié du 20e siècle, avec la remarquable physicien Fred Hoyle.

Aujourd’hui, Louis, Wickramasinghe et d’autres publient des affirmations extraordinaires au sujet de ces étranges sortes de globules rouges. Ils disent clairement, après vérifications, que les cellules récupérées dans les pluies rouges survivent et se reproduisent dans des conditions de température très élevées, et bien au-delà de tout ce que l’on connaît sur terre puisque ces cellules se reproduisent optimalement à 300°C et survivent à 380°C, alors que sur Terre, le maximum serait plutôt 120°C. Autres particularités, elles n’ont pas d’ADN et métabolisent les hydrocarbures.

De plus ces «  » »bactéries » » » ont un cycle de vie, ont une physiologie, et sont capables de sporuler (comme le font certaines de nos bactéries terrestres, celles là même que l’ont a amenées sur Mars par erreur).

Celles de la pluie rouge de KERALA sont hyper-thermophiles, elles n’ont pas de réel ADN, mais a priori elles ont les bases compactes qui permettent à un ADN classique de s’enrouler. Donc si tout cela est vrai, nous avons entre les mains le chaînon manquant entre ce que nous sommes capables de synthétiser : un coacervat biochimique sans vie et sans patrimoine génétique, simple membrane auto-reproductible, et une archéobactérie thermophile à ADN instable comme il en existe encore autour des geysers, sources thermales et cheminées volcaniques sous-marines. Ce qui créditerait la théorie de la panspermie intergalactique.

Les cellules se reproduisent à une haute température. « Dans ces conditions des filles cellules apparaissent dans les cellules mères d’origine et le nombre de cellules dans les échantillons augmentent avec la durée d’exposition à des hautes températures, disent-les scientifiques.

En revanche, les cellules sont inertes à température ambiante. Cela les rend tout à fait inhabituelle, pour dire le moins. Les spores de certaines extrêmophiles peuvent survivre à ces sortes de hautes températures et se reproduire à des températures plus basses, mais rien de connu actuellement sur terre ne se comporte comme celles-ci autant que nous le savons actuellement.

BIZARRE, de plus en PLUS BIZARRE…une nouvelle forme de Vie arrivée sur TERRE ????

Il s’agit d’affirmations extraordinaires qui devront être vérifiées de façon indépendante avant d’être plus largement acceptées.

Et bien sûr, ce comportement particulier encore inconnu sur Terre ne suggère pas une origine extraterrestre pour autant de ces cellules….l’investigation continue donc.

Toutefois, Wickramasinghe & Co ne peuvent pas résister à l’allusion d’une telle explication exotiques, car les cellules étranges rouges deviennent fluorescentes Ils ont examiné la façon dont ces fluorescentes lorsqu’on les bombarde de lumière et ils disent que c’est remarquablement similaire à des spectres d’émission lumineuses, différences inexpliquées, vu dans diverses régions de la galaxie. Un tel endroit dans la GALAXIE est connu sous le Nom rectangle rouge, qui est un nuage de poussière et de gaz autour d’une jeune étoile de la constellation Monocerous.

Il serait juste de dire que plus de preuves seront nécessaires avant que la pluie rouge du Kerala puisse être expliquée (voir étouffée) de façon satisfaisante. Dans l’intervalle, pour l’instant cela semble un nouveau mystère fascinant….parmi tous les autres mystères non encore résolus…par la Science…

 

LE RITUEL DU 11 SEPTEMBRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s