Lutter Contre le Changement Climatique grâce à la Technologie.

Lutter Contre le Changement Climatique grâce à la Technologie.

Publié le 19/06/2012

Les scientifiques ont cherché des moyens pour modifier l’environnement de la Terre et ainsi pouvoir contrôler le réchauffement climatique : la géo-ingénierie (l’idée consiste à manipuler délibérément le climat terrestre pour contrecarrer les effets du réchauffement climatique dû à l’émission de gaz à effet de serre).

La géo-ingénierie désigne les efforts visant à stabiliser le système climatique en gérant directement le bilan énergétique de la Terre.
Ceci inclut l’épandage de fer dans les océans pour stimuler la croissance de phytoplancton, l’absorbeur de CO2, le stockage de millions de tonnes de CO2 liquéfié dans des puits de pétrole ou de gaz épuisés (ces opérations existent déjà officiellement) et l’épandage de matériaux dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière solaire.

Une technique consiste à réduire directement le carbone atmosphérique qui, entre autres choses, conduit à des hausses de température.

Une autre proposition fréquemment mentionnée est la capture du dioxyde de carbone de l’air à l’aide « d’arbres artificiels », suivi de liquéfaction et de stockage, probablement dans des réservoirs souterrains.

Il n’existe pas de géo-ingénierie « miracle » qui devrait être poursuivie comme une solution globale au changement climatique, selon « UK’s Royal Society ».

Les aérosols stratosphériques semblent offrir  plus d’effet pour moins d’investissements, et pourraient être déployés rapidement, mais présentent un risque inconnu pour l’environnement.

Source :
chemtrails-france
news.bbc.co.uk

EXTRAIT ARTICLE PRIS SUR http://ovnis-direct.com/haarp/index.html#bv000012

—————————————————————————————————————-

Récapitulatif et Chronologie sur la Géo-Ingénierie

Par Chemtrails-France.com.

Géoingénierie (ou géo-ingénierie) est un mot tabou dont vous n’êtes pas autorisé à connaître la signification, on ne trouve en effet la définition de ce mot sur aucun dictionnaire ou encyclopédie en ligne, ni sur Dicorama, ni sur le Quid, ni sur le dictionnaire de l’Académie Française, ni sur Dictionnaire.com, ni sur l’encyclopédie Larousse, ni sur l’encyclopédie Encarta MSN, ni sur Webencyclo, ni sur l’encyclopédie Universalis, ni sur l’encyclopédie canadienne, ni sur Atilf, ni sur Mediadico, ni sur Antidico le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires…
Une recherche en anglais avec geoengineering donne le même résultat, rien sur l’encyclopédie Encarta MSN, rien sur Infoplease, rien sur Onelook, rien sur l’encyclopédie Britannica, rien sur Encyclopedia.com, rien sur l’encyclopédie Columbia, rien sur Dictionary.com, rien sur Yourdictionary.com

Pour tous ces sites ce mot n’existe pas bien qu’il existe plusieurs diplômes ou formations portant ce nom comme: le DESS géoingénierie de l’environnement à Toulouse ou le Master géosciences et génie civil délivré par le département géo-ingénierie de l’école des Mines à Nancy.

On peut trouver sur le site de l’IPCC, (GIEC, Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) sur ce fichier pdf en français (page 8 en bas à gauche) ou sur celui ci (page 85 en bas à gauche) la définition de géoingénierie:
Ensemble des techniques visant à stabiliser le système climatique par une gestion directe de l’équilibre énergétique de la Terre, de façon à remédier à l’effet de serre renforcé.
Cette autre définition figurait sur un fichier qui a disparu du site du GIEC:
La géo-ingénierie désigne les efforts visant à stabiliser le système climatique en gérant directement le bilan énergétique de la Terre, permettant ainsi de surmonter l’effet de serre accru.
Ceci inclut l’épandage de fer dans les océans pour stimuler la croissance de phytoplancton absorbeur de CO2, le stockage de millions de tonnes de CO2 liquéfié dans des puits de pétrole ou de gaz épuisés (ces opérations existent déjà officiellement) et l’épandage de matériaux dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière solaire.

Une recherche sur Google avec le terme geoengineering donne plus de 300000 résultats dont des études et rapports officiels datant de plus de 10 ans, voire 20, qui indiquent que l’épandage de matériaux dans l’atmosphère est la solution la plus facile et la moins coûteuse pour atténuer l’effet du CO2 et pour empêcher le réchauffement de la planète.

Restaurer la qualité de notre environnement:

Rapport du président Johnson de 1965 qui préconisait déjà de répandre des particules dans l’atmosphère il y a plus de 40 ans

Conférences de deux des plus grands experts en géo-ingénierie:

Conférence de David Keith, (16 minutes) New York, septembre 2007, en anglais, sous-titré en français
Conférence de Ken Caldeira, (53 minutes) 7 janvier 2008, en anglais, sous-titré en français

Obama pourrait bloquer les rayons solaires pour mettre fin au réchauffement global:

Interview de John Holdren, nouveau conseiller scientifique du président Barack Obama

Les implications politiques du réchauffement dû aux gaz à effet de serre:
réduction, adaptation et base scientifique:

Étude états-unienne de plus de 900 pages publiée en 1992 disponible en ligne (en anglais). Vous pouvez même acheter ce rapport ici sur amazon.com.
Les conclusions de ce rapport sont en gros: on n’a aucune idée du résultat final mais ça coûte moins cher que toutes les autres options.
À part la suppression des CFC, aucune des autres options proposées indispensables pour réduire les effets des gaz à effet de serre n’ont été appliquées, au contraire les États-Unis restent le plus gros pollueur de la planète..

Extraits en français: version longue, version courte

Réchauffement global et ère glaciaire
Perspectives pour la modulation du changement global basée sur la physique:

Étude de Edward Teller (entre autre), père de la bombe H, publiée en 1997 qui propose d’améliorer les projets d’épandages en répandant « seulement » 1 million de tonnes de matériaux métalliques réfléchissants dans l’atmosphère.

Extraits en français

Modification de l’équilibre radiatif de la terre par géoingénierie pour
atténuer le changement de climat dû au quadruplement de CO2:

Rapport du Lawrence Livermore National Laboratory (2001)

Extraits en français

Changement de climat 2001: réduction:

Rapport de l’IPCC, (GIEC, Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) comportant des membres du WMO (Organisation Mondiale Météorologique), et de l’UNEP (Programme sur l’environnement des Nations-Unies) disponible en ligne (en anglais).

Extraits en français

Projet Manhattan contre le changement de climat:

Rapport de l’université de Stanford (1998)

Extraits en français

Physique applicable à la stabilisation active du climat:

Rapport du Lawrence Livermore National Laboratory Edward Teller, Roderick Hyde et Lowell Wood (2002)

Extraits en français

Géoingénierie:

Article de Nature – 18 janvier 2001

Les sociétés privées de Géo-ingénierie:

Planktos – société épandant du fer dans l’océan
Climos – société épandant du fer dans l’océan
Société de Nourrissement de l’Océan – société épandant de l’urée dans l’océan

Comprendre le protocole de Kyoto:

Rapport français de février 2002 de l’École nationale des Ponts et Chaussées:
Nordhaus, un économiste américain du MIT, a cependant trouvé que l’investissement financier nécessaire pour mettre en place un plan global contre le réchauffement climatique est démesuré face aux résultats auxquels les différentes politiques peuvent nous faire parvenir. Il propose donc de s’intéresser à la géoingénierie, dont le coût serait quasi-nul, et dont les effets sur le réchauffement de la planète pourraient être plus grands qu’une politique à l’échelle mondiale. Nordhaus a par ailleurs évalué la réduction de la température du globe pour chacune des politiques énumérées, et il apparaîtrait que, pour chacune d’entre elles, la réduction d’émission de gaz à effet de serres serait bien insuffisante pour contrer le réchauffement prévu.
(William D. Nordhaus est l’un des experts à avoir participé au rapport « Les implications politiques du réchauffement dû aux gaz à effet de serre » ci-dessus, son nom figure page 459 de ce rapport)

Évaluation des progrès de la recherche en science des changements climatiques:

Rapport canadien de 2002 (pdf, page 18):
Certains ont par ailleurs proposé des stratégies de géoingénierie du bilan radiatif de la Terre en réduisant artificiellement l’absorption net du rayonnement solaire dans le système climatique. Cependant, ces solutions de rechange sont encore considérées comme très risquées, surtout en raison des incertitudes quant aux processus radiatifs dans l’atmosphère et à leurs rétroactions.

Encyclopédie du Changement Global:

Rapport de l’Université de Calgary, Canada , juillet 1998

En français

Les apprentis sorciers du climat:

Article du Monde Diplomatique de juillet 2002:
Américains ou européens, des scientifiques et des bureaux d’études s’adonnent à des expérimentations climatiques, prétendant résoudre le problème de l’effet de serre.
Espérant de nouveaux débouchés financiers, une science très controversée, l’ingénierie du climat, s’est développée ces dernières années.
Parmi toutes les techniques de stockage du CO2, quatre font l’objet des recherches les plus poussées…
Puisque les gaz à effet de serre entraînent un réchauffement de la planète, le but de la quatrième technique serait de diminuer le rayonnement solaire reçu par la Terre. Il s’agit de répandre dans la haute atmosphère de fines particules solides ou liquides, appelées aérosols, qui feraient écran au rayonnement solaire.
M. Hervé le Treut (climatologue et directeur de recherche au CNRS de Paris) va plus loin: « Tous ces projets sont portés par des considérations économiques. Les chances de maîtriser ces processus sont extrêmement faibles ».

Les savants jettent un froid:

Article du Point du 12 août 2004:
En proposant les projets les plus fous pour refroidir la Terre, ils font frémir les climatologues, conscients de la fragilité du globe.
Ces scientifiques veulent employer les très gros moyens pour refroidir la Terre. Et proposent d’agir directement sur le rayonnement solaire pour le tamiser.
Des scénarios qui peuvent nous paraître dignes de « Star Trek », mais que le gouvernement américain prend très au sérieux et accepte même de financer.

Paul Crutzen, prix Nobel de chimie, propose de larguer un million de tonnes de soufre dans l’atmosphère:

Article AFP du 30 juin 2006
Le spécialiste de la couche d’ozone Paul Crutzen, prix Nobel de chimie, propose de larguer un million de tonnes de soufre dans l’atmosphère.

Un scientifique fournit une « porte de secours » pour le réchauffement global:

Article de The Independent du 31 juillet 2006
Un scientifique détenteur d’un prix Nobel a établi un plan d’urgence pour sauver le monde du réchauffement global, en altérant la composition chimique de l’atmosphère terrestre supérieure.

Piégeage et stockage du dioxyde de carbone:

Dossier du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) 2005 (pdf):
Le piégeage et le stockage (PSC) du dioxyde de carbone (CO2) est un processus consistant à séparer le CO2 de ses sources industrielles et énergétiques, à le transporter dans un lieu de stockage et à l’isoler de l’atmosphère sur le long terme. Dans le présent rapport, nous considérons le PSC comme une option parmi les mesures d’atténuation visant à stabiliser la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.
Une centrale électrique équipée d’un système de PSC (et susceptible de procéder à un stockage géologique ou océanique) aurait besoin d’environ 10 à 40% d’énergie de plus qu’une centrale de rendement équivalent sans PSC, la plus grande partie de cette énergie servant au piégeage et à la compression.
Trois projets de stockage d’envergure industrielle sont en cours d’exécution dans le cadre du projet de Sleipner, réalisé en Norvège dans une formation saline sous-marine, du projet de RAP (récupération assistée du pétrole) de Weyburn, au Canada, et du projet d’In Salah réalisé en Algérie dans un champ de gaz naturel. D’autres projets sont prévus.
Si l’on injecte du CO2 dans les océans ou qu’on constitue des nappes d’échelle industrielle de CO2 liquide au fond de ceux-ci, on va modifier le milieu ambiant sur le plan chimique. Des expériences ont démontré qu’une concentration élevée durable de CO2 entraîne le décès d’organismes océaniques. Les effets du CO2 sur les organismes marins auront des conséquences pour les écosystèmes. Les effets chroniques pour les écosystèmes d’une injection directe de CO2 dans les océans sur une grande superficie et sur le long terme n’ont pas encore été étudiés.

Le projet Sofex:

« Le but du projet Sofex (2002) (en anglais) est d’enquêter sur les effets de la fertilisation par le fer de la productivité (du phytoplancton, absorbeur de CO2) des Mers du Sud. Les résultats de ces travaux contribueront significativement à notre compréhension des processus importants de biogéochimie qui ont un effet direct sur le cycle global du carbone, la concentration atmosphérique du dioxyde de carbone et le contrôle du climat.
Certains scientifiques proposent d’utiliser la fertilisation des océans par le fer pour inverser les effets des gaz à effet de serre. »

Le projet Iron Ex:

Expériences (en anglais) menées en 1993 et 1995 identiques au projet Sofex (déverser du fer dans les océans).

Projet pour enterrer du CO2 sous la Mer du Nord:

Article de The Independent du 31 octobre 2004 (en anglais, payant) ou ici
Article de The Guardian du 3 novembre 2004 (en anglais)

Extraits en français

Le stockage du CO2 pourrait être une arme efficace contre le changement climatique:

Communiqué de presse des Nations-Unies, 26 septembre 2005

Stockage de CO2 sur le sol français, bientôt dans votre jardin:

Rousse (Pyrénées Atlantiques) – Total
Claye Souilly (Seine et Marne) – Veolia

Rapport de Greenpeace sur le stockage de CO2

HAARP:

Le brevet à l’origine du projet Haarp

Le brevet (site des brevets états-uniens, en anglais)
Le site officiel du projet Haarp (en anglais). Notez que bien que les applications du brevet soient essentiellement militaires et qu’une des autres applications est la modification du temps, ce site prétend que ce projet est uniquement une application civile destinée à l’étude de l’ionosphère et que la modification du temps n’est pas possible avec cette installation.

Rapport du Parlement Européen du 14 janvier 1999 dénonçant le système HAARP: « une nouvelle menace militaire particulièrement grave pour l’environnement et la santé humaine au niveau planétaire ».

-Rapport du GRIP (Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité, www.grip.org) de 79 pages (pdf): le programme HAARP, science ou désastre?

FIN

—————————————————————————————————————-

Tackling climate change with technology.

Article sur BBC News, copié ici en cas de suppression.

temperature image

Scientists have been looking for ways of modifying the Earth’s environment to control global warming – it’s known as geo-engineering.

One way to do this is simply to reflect more of the sun’s light, changing the Earth’s reflectivity, or albedo.

This could be attempted using vast, flexible space reflectors (1) placed in orbit around the Earth. Alternatively, various types of « stratospheric aerosols » could be released in the upper atmosphere (2) to scatter some light back out into space. Earth-bound reflectors (3) could do the same.

carbon image

Another approach is to directly reduce the atmospheric carbon that, among other things, leads to temperature rises.

This could be done by « fertilising » the ocean , stimulating the uptake of carbon by surface algae that would eventually sink to the ocean floor. Exposing the surfaces of carbonate and silicate rocks in « enhanced weathering » could provide a place for carbon to be absorbed.

Another frequently mentioned proposal is the capture of carbon dioxide from the air using « artificial trees », followed by liquefaction and storage, probably in underground reservoirs.

geo engineer image

There is no single geo-engineering « silver bullet » that should be pursued as an all-encompassing solution to climate change, says the UK’s Royal Society in its analysis of the cost of a range of proposals compared with their efficacy.

Stratospheric aerosols seem to offer the most effect for the least investment, and could be deployed soon, but present an unknown risk to the environment.

Changes to desert surface albedo are projected to be more effective than ocean fertilisation, but both could change delicate ecosystems in unexpected ways.

END

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s