Quand la chaine ARTE, participe malgré elle, au contexte dissimulateur des Gouvernants, au sujet de la Terre Creuse.

Quand la chaine ARTE, participe malgré elle, au contexte dissimulateur des Gouvernants, au sujet de la Terre Creuse.

Par Fred Idylle pour ARTvision.

I Introduction.

Remarquons déjà une fois de plus pour le novice, qui entre pour la première fois, par cet article dans le site ARTivision, que sur ce site, tout est intuitif, et chaque chose arrive au moment voulu. Rappelons aussi que ce site, est une sorte de « causerie au coin du feu«  (ici dans les iles, le feu n’était pas indispensable), comme cela se faisait dans l’ Ancien Temps, dans les campagnes de nos îles, et donc il n’y a pas de structuration par thèmes, ni de regroupement d’articles.

En fin de compte ce site applique strictement, les paroles du Grand Maître qui s’exprime ainsi, ce jour :

L a Vie est ce que tu en fais.
Pourquoi ne pas reconnaître ce qu’il y a de meilleur dans chaque situation
et l’apprécier pleinement, peu importe où tu es et ce que tu fais ?
Ne perds jamais de temps et d’énergie â souhaiter être autre part pour faire autre chose.
Tu ne comprendras pas toujours pourquoi tu te trouves où tu es,
mais tu peux être sûr qu’il y a une très bonne raison à cela
et qu’il y a une leçon à apprendre.
Ne lutte pas contre, mais découvre cette leçon
et apprends-la vite de façon â pouvoir avancer.
Tu ne voudrais pas rester sur place, n’est-ce-pas ?En cessant de résister et en acceptant simplement
les leçons qu’il faut apprendre,
les prenant toutes comme elles viennent,
tu trouveras la Vie beaucoup plus facile
et, de plus, tu aimeras les changements.
Une plante ne résiste pas à la croissance et au changement;
elle coule simplement avec eux et s’épanouit à la perfection.
Pourquoi n’en fais-tu pas autant ?
La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d’or (1994).
Méditation pour le 10 Avril, après adaptation d’ARTivision.
 Voici donc une histoire surprenante, qui nous est arrivée en Mars 2012 : Le Jeudi 15, de ce mois, nous avons, sans savoir pourquoi,(surtout que c’était l’heure de la sieste), ouvert la télé sur la Chaîne ARTE, qui passait alors un reportage sur la banquise au Pôle Nord, intitulé « Tara : Voyage au cœur de la machine climatique« , et réalisé par : Emmanuel Roblin et Thierry Ragobert. Avouons alors que même en consultant le programme télé, ce titre n’aurait pas attiré notre attention car on n’y parle pas clairement, de la région concernant le Pôle Nord. A un moment donné, nous avons sursauté d’étonnement, car les scientifiques impliqués, nous ont présenté une carte de la région polaire, où l’on apercevait un disque plutôt insolite, incrusté exactement où se trouve le Pôle Nord. Hélas, évidemment nous n’avions pas enregistré cette émission, placée sur le programme telle que :

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/ProgrammeARTE120315.jpg

II Genèse de l’affaire.

Le lendemain, et les jours suivants, nous nous sommes alors précipités sur Internet, pour retrouver l’émission. Malheureusement, la vidéo complète n’était pas disponible, mais seulement, des séquences partielles, dont celle-ci (2/3), qui s’arrête, hélas, juste avant la présentation de la carte en question, de la zone arctique considérée :

La semaine suivante, à un moment donné, le Dimanche 18 Mars, nous avons consulté à nouveau le programme vers 14 h, et oh miracle, l’émission était juste entrain d’être diffusée à nouveau :

Nous nous sommes alors précipités sur notre engistreur de salon, et nous avons pu, cette fois, capter juste la portion d’images qui nous intéressait. Bravo donc à Super Hasard , qui nous comble, souvent d’émerveillement.On voit alors apparaître dans le film, à un certain moment, la salle de contrôle et d’enregistrement des données.

Puis, apparaît une carte montrant les flux de chaleur induits par les courants marins :

On apprend alors sur le Net que  » Le «Tara» est un laboratoire flottant. Cet immense voilier dont l’équipage est composé des meilleurs climatologues mondiaux a une mission majeure à remplir. Conçue pour rester prisonnière de la banquise, cette goélette de 36 mètres permettra aux scientifiques d’étudier l’évolution du pôle Nord. « 

Puis, sans explication, apparaît la carte du bassin polaire telle que :

Mais, chose étonnante, une seconde image est présentée, comme si le caméraman voulait nous dire en douce : « Regardez cela un peu mieux » , mais le narrateur est resté lui, muet comme une carte, à ce sujet :

Et bien sûr, aucun des climatologues en question, n’a donné la moindre explication sur ce disque insolite , placé au cœur de la zone arctique.

     A vous de juger, ces surprenantes contingences.

Cette situation, nous rappelle celle d’un journal télévisé d’Octobre 2006. Voilà de quoi il s’agit :

     En effet, le Mercredi 04/10/06, nous avons eu l’opportunité de regarder le journal télévisé de 19/20 de France 3 retransmis par RFO guadeloupe de l’époque.

    Dans un volet relatif au déréglement climatique de la planète, un interlocuteur patenté a présenté sur un écran vidéo la calotte polaire nord. Mais ce qui nous a frappé d’emblée, c’est qu’il y figurait un super disque noir à peine plus petit que celui que nous avait présenté le Science&Vie de Nov 2004, dont nous reparlerons plus bas et dont voici à droite l’image réduite :
https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Science&VieNov04.jpg
     Hélas nous n’avions pas capté sur DVD ces informations, et nous nous sommes précipités à l’adresse de l’époque:

Pour retrouver ce volet sur les déréglements climatiques, mais malheureusement, nous n’avions pas le logiciel pour capter les images du film où figurait le disque noir. Le 6/10/06, nous en avons parlé tout à fait par hasard , à notre cousin Patrick, Directeur d’une école de langues, à Basse-Terre, qui nous a alors dit qu’il possédait un logiciel requis et qu’il allait nous envoyer les images en question.

Merci donc une fois de plus à Super Hasard, et voici donc trois clichés parmi ceux que nous avons reçus :

   

Que peut-on dire sur ces photos surprenantes ? Nous avions toujours cru que le pôle géographique était symbolisé par un point et non un disque. Sur la photo de gauche relative à l’année 2005, il aurait suffit de placer un petit point noir et tout à côté l’inscription bien visible, (en jaune par exemple), « Pôle Nord ». Passons, on nous dira que le disque noir, c’était pour mettre en relief l’inscription. Mais pour 2006 on a carrément oublié de l’inscrire ce qui est plus étonnant. Vite, appelons à notre secours, l’intertnaute fabrice c…., dont nous avons parlé dans notre article :

, et qui nous affirmait sans sourciller:  » Eeeet oui, il ne faut pas d’explications, quand il est EVIDENT qu’il s’agit de la limite de la couverture satellitaire« 

Eh oui bien sûr, comme c’est évident pour tout un chacun, et surtout, on attendait cette fois que l’interlocuteur scientifique de l’émission, nous en dise quelques mots de plus que le Science&Vie de Nov 2004 dont nous reparlerons plus bas. Mais non…rien de plus…C’est l’éclipse totale. Revoyez le disque des images 2 et 3, justement c’est très ressemblant à une éclipse… n’est-ce pas ?

A vous de juger, une fois de plus, tout cela…

Rappelons aussi au novice que l’après midi du 10/10/08, en recherchant une information dans nos dossiers, nous sommes tombés sur un entrefilet de la revue TOP SECRET n° 33 d’Oct-Nov 2007 :

D’abord, félicitons vivement notre ami Roch Saüquere, Directeur de la revue Top Secret, pour la belle formule littéraire (« Ils decident de ce que nous devons croire et penser« ) de la couverture de sa revue, et formule qui s’applique parfaitement au contexte de notre article sur l’illusion, n’est pas ? :

«  « Ils« décident de ce que nous devons croire et penser « 

Il nous reste maintenant à nous demander, (concernant, à la page 5 de la revue, l’entrefilet présenté ici sur la droite de la couverture), comment il se fait, que sur l’énorme étendue glacée et toute éclatante de blancheur de l’Arctique , on aperçoive cette insolite pastille noire et qui évidemment n’a jamais été expliquée par les commentateurs du journal télévisé de LCI.

Mais, si nous agrandissons un peu, ce dique noir, cela nous donne grosso modo ceci :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/TopSecret33p5b.jpg

On découvre alors qu’au bout de le flèche rouge, mise par nos soins, il y a une faible luminosité qui semble fuser à deux endroits, en-dessous du disque en question. N’y aurait-il pas alors au centre de ce disque quelque chose de bien plus lumineux que l’on cherche à cacher. A vous de juger !!

Mais, pendant que nous sommes, dans la région arctique, poursuivons alors, notre exploration :

Le 14/08/09, nous avons reçu à notre cousin Patrick, déja présenté plus haut, les urls suivants :

Et il y a aussi cette vidéo sur Youtube:

Au cas, où ces urls ne seraient plus opérationnels, voici de quoi il s’agit :

 https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Arcticpicture1.jpg

Que fait fait encore cette pastille noire au sein de cette zone polaire ? Certains diront encore, comme l’internaute Fabrice C….. vu plus haut :  » Eeeet oui, il ne faut pas d’explications, quand il est EVIDENT qu’il s’agit de la limite de la couverture satellitaire« Mais pour être objectif dans cette affaire, il serait tout de même utile de présenter le point de vue officiel sur la question :Voici donc, quelques éléments significatifs, présentés sur le site très bien fait du Développement Durable Magazine:

Le pôle nord bientôt sans glace ?

Écrit par : Romain Houette dans réchauffement le 1 juillet 2008

La glace recouvrant le pôle nord a de fortes chances de disparaître entièrement dans les mois qui viennent. Voilà l’avertissement lancé par les scientifiques du National Snow and Ice Data Centre (NSIDC) au Colorado. Selon eux, il y a plus d’une chance sur deux qu’il n’y ait pas de glace au pôle nord à la fin de l’été. Ils mettent en cause les importantes fontes de l’an passé ainsi que la fragilisation des glaces par le passage de bateaux. La banquise arctique a en effet fondu de 23% l’année dernière au point de reculer jusqu’à moins de 1200 km du pôle.

La glace qui est venue cet hiver remplacer les lourdes pertes de l’an passé est appelée par les scientifiques de « la glace récente d’un an ». Cette glace, explique le journal The Australian, est mince et fortement menacée par la fonte. Les scientifiques affirment que les données satellites des dernières semaines montrent déjà que la glace récente fond plus rapidement que l’année dernière. Un autre signe de la minceur de la glace récente est l’apparition de plusieurs polynies dans la calotte glacière ; ce sont des zones libres de glace situées dans la banquise, des lacs non gelés en quelque sorte. De plus, lorsque la glace blanche et réfléchissante fond, elle laisse place à l’océan qui, étant plus sombre, absorbe plus de chaleur et accélère encore la fonte aux bords de la banquise. Dans la mesure où l’océan est également de plus en plus chaud, le processus de fonte pourrait encore s’accélérer. Selon le chef adjoint de l’expédition scientifique Arktika-2007, Igor Achik de l’Arctic and Antarctic Research Institute au sujet des hausses de températures dans les couches supérieures de l’océan « les température vont de 5 à 7°C. Jamais encore nous n’avions observé de tels phénomènes. L’eau océanique n’a jamais été aussi chaude.».

Ci-dessous : évolution normale des glaces entre mars (maximum) et septembre (minimum). La glace récente constitue la différence. (schémas NSIDC)
https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/PoleNordDDMagazine.jpg


« A travers les années, le passage du nord-ouest est devenu de plus en plus ouvert, mais sans jamais devenir une route maritime viable. 2007 est réellement la première année où ce fut le cas, » estime Mark Serreze du NSIDC (ndlr : le passage du nord-ouest fut recherché par les navigateurs pendant des siècles pour relier l’Atlantique au Pacifique). On se rappelle également que l’année dernière, pour la première fois, une équipe de chercheurs russes a pu plonger sous la banquise en direction du pôle. A plus de 4 000 mètres de profondeur, rêvant d’or noir, ils ont posé un tube en titane contenant le drapeau russe. Le professeur de physique océanique Peter Wadhams de l’Université de Cambridge pense que l’ouverture de l’Arctique l’été dernier implique une fonte quasi-certaine cette année.« Du point de vue scientifique, le pôle arctique est un point quelconque du globe, mais symboliquement parlant, il est considérablement important. Il est censé y avoir de la glace au pole nord, et non de l’eau, » assure le scientifique Mark Serreze au journal britannique The Indépendant. Pour le Docteur Lindsay de l’Université de Washington, « il y a de fortes chances que tout le pôle arctique fonde. C’est tout à fait possible, mais ce n’est pas certain. » C’est aussi là l’avis d’autres scientifiques. Tous ne pensent pas que 2008 sera pire que 2007.« A travers les années, le passage du nord-ouest est devenu de plus en plus ouvert, mais sans jamais devenir une route maritime viable. 2007 est réellement la première année où ce fut le cas, » estime Mark Serreze du NSIDC (ndlr : le passage du nord-ouest fut recherché par les navigateurs pendant des siècles pour relier l’Atlantique au Pacifique). On se rappelle également que l’année dernière, pour la première fois, une équipe de chercheurs russes a pu plonger sous la banquise en direction du pôle. A plus de 4 000 mètres de profondeur, rêvant d’or noir, ils ont posé un tube en titane contenant le drapeau russe. Le professeur de physique océanique Peter Wadhams de l’Université de Cambridge pense que l’ouverture de l’Arctique l’été dernier implique une fonte quasi-certaine cette année.« Du point de vue scientifique, le pôle arctique est un point quelconque du globe, mais symboliquement parlant, il est considérablement important. Il est censé y avoir de la glace au pole nord, et non de l’eau, » assure le scientifique Mark Serreze au journal britannique The Indépendant. Pour le Docteur Lindsay de l’Université de Washington, « il y a de fortes chances que tout le pôle arctique fonde. C’est tout à fait possible, mais ce n’est pas certain. » C’est aussi là l’avis d’autres scientifiques. Tous ne pensent pas que 2008 sera pire que 2007.
Selon les scientifiques du projet Damoclès de l’Union Européenne, la probabilité qu’il y ait moins de glace en septembre 2008 qu’en septembre 2007 n’est que de 3 %. Cette estimation provient d’une simulation réalisée sur un ensemble de variables météorologiques et océanographiques. Pour le moment, les images satellites leur donnent raison : mesurant 13,18 millions de km² au mois de mai dernier, la banquise est plus grande de 280 000 km² que l’année dernière à la même époque. Il faut néanmoins se rappeler que la glace récente risque de fondre plus vite cette année.

     Fin de citation partielle.

Bravo donc au site DD Magazine pour cette étude pointue de ce qui se passait en 2007-2008 dans le zone polaire Nord.

Ce qui nous interpelle dans le schéma présenté, ce sont bien sûr, les deux disques sombres, qui couvrent justement la zone du pôle nord, et qui prouvent ici qu’il y a un problème. Certains diront qu’il s’agit d’une zone non déterminée, à cause de la limite du passage des satellites au dessus de la région, comme le montre cette image :

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/NoradsatelliteNorthpole.jpg

En voici un autre qui est tiré du site : www.worldwidetelescope.org :

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/CarloimaTerre2.jpg

Même topo au Pôle Sud :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/CarloimaTerre1.jpg  https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/CarloimaTerre3.jpg

Mais sur le site arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/, vu plus haut, on découvre aussi une superbe photo de l’Antarctique, où tout est clair et net :

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/antarcticpicture.jpg

et, où il n’y a plus, aucune limite satellitaire, qui, on le voit bien sur la photo ci-dessus, ne s’impose sur le continent …

Mais, puisque nous venons d’évoquer la zone polaire Antarctique, voyons cette incroyable affaire du Science&Vie de Nov 2004 :

En effet, de nombreux internautes ont eu la gentillesse de nous envoyer, la photo suivante de l’Antarctique extraite de la page 151, du numéro 1046 de la revue bien connue Science&vie de Novembre 2004 :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Science&VieNov04.jpg

La légende qui présente cette photo est simplement: « L’Antarctique est surveillé de prés par Envisat« 

Il va s’en dire que cette gigantesque pastille noire n’est pas là par hasard et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s’impose à nous, et donc le satellite Envisat semble bien avoir, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d’autant plus que l’on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, tout autour du disque noir.

Ce qui est plus extraordinaire, c’est qu’une revue, qui a pignon sur rue dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l’Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication.

Bien que l’on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l’obtenir) et qu’en plus, on sait aussi qu’aucun satellite déclaré ne passe juste au dessus des pôles (le satellite bien connu Spot non plus: voir notre article: Byrdsuite.html), on demeure confondu devant tant d’insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. ( A vous de juger…)

Il y a aussi cette photo avec la même explication de la limite satellitaire :

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/trouAntarctique.jpg

Evidemment, ce qui frappe à l’œil immédiatement, c’est encore ce disque noir placé presqu’au centre de l’image. Voici ce qu’on nous dit sur le site :

    :

Antartic Image(NSCAT)

    Illustrates an image formed from NSCAT sigma-0 measurements and demonstrate the wealth of information contained in the scatterometer data. This image shows Antarctica and the surrounding sea ice constructed from 6 days of scatterometer data in Sept. 1996.The black circle in the center of the image is where no data was collected owing to NSCAT’s orbital and sampling geometry. The dark band around the continent is sea-ice pack surrounding Antarctic.

Et notre ami François, nous dit au sujet de la phrase en rouge :

 » la phrase stipule :

« le cercle noir dans le centre de l’image correspond à une zone où aucune donnée n’a pu être collectée par le satellite de par son orbite et son positionnement (dans l’espace) »

C’est une explication qui ne devrait pas manquer de vous amuser (ou vous désoler suivant l’humeur)

Sur la page d’acceuil, il est indiqué que le site est dévoué aux images prises avec l’instrument « Scatterometer » dont le but initial était d’étudier la biosphère, et qui s’est révélé au gré des différentes missions, être un outil intéressant pour étudier les pôles de par ses capacités à « voir » sous les couches supérieures de glace…

Accueil :http://www.scp.byu.edu/

Amitiés,

François S….., de Paris.

Ne pensez-vous pas que pour noyer le poisson, les climatologues de TARA, auraient pu au moins, s’inspirer de la phrase précédente qui dit que l’image correspond à une zone où aucune donnée n’a pu être collectée?

Rappelons que pour le Science&vie de Nov 2004, il y avait sur l’Antarctique aussi une sacrée limite satellitaire :

 https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Science&VieNov04.jpg

Et sous le disque noir, pas besoin d’être un véritable Sherlock Holmes, nous le redisons à dessein, on voit parfaitement fuser un rayonnement lumineux surprenant, tout autour du disque.

Mais ce fut le silence de la tombe, quand nous avons présenté à ces fervents adeptes de la limite satellitaire cette photo assurément trafiquée de la NASA du pôle nord de Jupiter, extraite du n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992 :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/CieletespaceFev92cJuppolenord.jpg

Evidemment, ce qui saute aux yeux, encore une fois, c’est cette pastille noire, mais en plus quasiment rectangulaire, placée juste au pôle, et sous laquelle on voit nettement fuser des rayonnements lumineux notoires. Que fait encore , cette obscure pastille ?

Mais puisque l’on parle de Jupiter , restons y un peu encore, voulez-vous… :

En effet le 3/04/06, nous avons reçu de l’internaute ami Arhkann , une photo du Pôle Sud de Jupiter en provenance du site :

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/Jupiterpolesud001211.jpg

    Alors qu’elle était en route pour Saturne, la sonde Cassini-Huygens a fait étape près de Jupiter et en a profité pour mitrailler la géante. Les scientifiques viennent d’assembler 36 photographies qu’elle a prises entre le 11 et le 12 décembre 2000 pour produire la plus détaillée des cartes de Jupiter jamais réalisée en couleur ! Centrée sur le pôle Sud, l’image ainsi obtenue montre des détails de seulement 120 km de large. On y distingue plusieurs structures cycloniques (les nombreux petits ovales blancs), les vents équatoriaux appelés points chauds (la zone circulaire en bleu gris située vers l’extérieur) ainsi bien-sûr que la tâche rouge de Jupiter (l’ovale rougeâtre en haut à gauche), une gigantesque tempête qui agite l’atmosphère de la géante depuis plus de trois siècles. Émilie Martin

On découvre aussi cette photo sur les sites :

Que pouvons-nous dire de cette extrordinaire photo de Jupiter (que d’autres aimables internautes nous ont aussi envoyée) , prise dès le 11 décembre 2000. Donc il a fallu 6 ans pour que cette information circule facilement et on n’a donc eu ainsi tout le temps de la trafiquer aisément comme celle-ci (à gauche) de Saturne, qui n’a rien de particulier qui puisse nous émerveiller, alors qu’à droite, le même pôle brille admirablement (Nous avons déjà expliqué tout cela, à notre article :Byrdsuite.html) :

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/Saturnepolesud.jpg  https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/Saturnepolesudb.jpg

Ce qui nous préoccupe dans cette photo de Jupiter envoyée par Arhkann, c’est évidemment cette partie:

 https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/centrejupiter001211.jpg

On voit là nettement, que c’est une pastille grise, qui a été grossièrement juxtaposée (comme lors d’une éclipse) sur le trou central qui lui est bien brillant, puisque des rayonnements lumineux, fusent tout de même, de partout, tout autour du disque de camouflage. Ce camouflage est donc très mal fait. Pour des professionnels, ce n’est pas terrible. Voilà pourtant, comment, on nous leurre en Haut lieu.

Mais le 06/04/06, nous avons aussi reçu, de l’aimable internaute Nemrod, les images suivantes de Jupiter, images qui, nous dit cet internaute, remontent à 2002, et où apparaissent, un trou étrange hexagonal, en forme d’obturateur des anciens appareils de photo :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Jupiterpoles2002.jpg

On découvre ces photos sur les sites:

On voit aussi clairement apparaître ici, sous les trous noirs une luminosité phénoménale, qui s’étale comme une vague, bien au-delà du trou.

Selon nous, cette affaire de trou à forme géométrique notoire, n’a rien à voir avec Jupiter, mais est simplement une manipulation informatique pour « caviarder », le trou central de l’ouverture polaire d’où jaillit naturellement la lumière éclatante du soleil central de la planète. Ces photos sont des photos mosaïques et depuis 2002, on a eu tout le temps de les manipuler à loisir. En fin de compte, cette manipulation n’est pas différente de la photo inouïe, vue plus haut, de l’Antarctique extraite de la page 151, du numéro 1046 de la revue Science&vie de Novembre 2004

A vous de juger, une fois de plus, ces contingences très insolites…

III Conclusion.

Pas besoin de sortir de la prestigieuse école de Science Po de Paris, pour voir ici que l’on nous mène en bateau depuis des lustres, et que l’on nous considère avant tout, comme des nigauds, devant être traîner par le bout du nez…

Demandons alors, une fois de plus, à l‘entité transcendante Soria, de nous éclairer davantage, sur tout cela :

     « …Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n’est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s’en tenir ! Même s’ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu’ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d’une grande réputation aux yeux des dirigeants! Étrange, votre choix d’être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd’hui ? Ne l’avez-vous pas assez exploité ? Ou avez- vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?…etc… « .

     Extrait des pages 185 et 186 de Voyage tome III aux Éditions Ariane, premier trimestre 2002.

IV Prolongement révélateur spécifique en date du 10/04/2012 .

Mais nous ne pouvons résister ce jour au plaisir, que l’objectivité nous impose, de vous présenter d’abord la missive suivante :

Mais le 13/10/08 nous avons reçu de l’internaute Stéphan N…………., une importante missive sur cette affaire de patillage : En voici un extrait :

—– Original Message —–
From: Stephan N ……….
To: Fred IDYLLE.
Sent: Monday, October 13, 2008 4:45 PM.
Re: Merci pour votre missive très carrée ….

Cher Fred,

Merci pour votre réponse.

Ne vous méprenez pas, ma réponse très cartésienne ne m’empêche pas d’être ouvert à toute information ou théorie aussi invraisemblable qu’elle puisse sembler de prime abord, et je m’efforce autant que possible de ne pas avoir d’apriori sur quoi que ce soit. Aussi quand vous écrivez « Libre à vous de vous asseoir sur vos convictions profondes à votre niveau, mais le site ARTivision lui, saura vous démontrer un jour très proche que le Passé de la Terre est bien plus fabuleux que l’on ne saurait l’imaginer », je tiens à préciser que je suis un homme de très peu de convictions, encore moins de convictions profondes, et qu’en revanche, j’ai beaucoup de doutes, ce qui me rend curieux de tout et très philosophe, et je suis parfaitement prêt à me laisser convaincre du passé fabuleux de la Terre, pour autant que cette idée puisse sortir indemne d’une analyse critique.

Ma démarche est celle d’un observateur qui cherche à avoir plusieurs niveaux de compréhension de ce qui l’entoure pour tenter d’appréhender le monde dans sa globalité. Évidemment, cette recherche de l’omniscience (quelle prétention !) est une quête interminable et à défaut de connaître un jour la ou les vérités, on peut toujours essayer de s’en approcher, c’est ce que j’essaie de faire en remettant toujours en question mon savoir et en ayant un regard critique sur les informations que je perçois.

…………………………………..

Concernant ces fameuses pastilles sur les photos, je connais bien le contexte puisqu’ayant justement travaillé dans les satellites et ayant voulu devenir astrophysicien dès mon plus jeune âge. Un satellite sur une orbite équatoriale est comme un piéton sur un tapis roulant: il n’a pas besoin d’énergie pour avancer, c’est la planète autour de laquelle il tourne qui lui fournit. En revanche, un satellite sur une orbite polaire (et il en existe: DMSP, Spot, Helios, NOAA, etc., en général tous les satellites militaires actuels et les satellites d’observation scientifique de la Terre), un tel satellite donc, ne bénéficie pas de ce tapis roulant et doit consommer beaucoup d’énergie pour se mettre en orbite polaire et s’y maintenir, ce qui réduit considérablement sa durée de vie. Dans le cas des sondes qui partent vers d’autres planètes, les voyages sont très longs et cette énergie est le premier souci des concepteurs. Energie solaire et carburant ne suffisent pas et il faut utiliser l’énergie gravitationnelle des planètes. Il n’y a alors pas d’autre solution que d’utiliser ce « tapis roulant équatorial », et il est impossible avec les technologies actuelles de se permettre de donner à la sonde une orbite polaire autour d’une planète autre que la Terre, ce serait suicidaire pour la mission.

Par contre la Terre ayant bien des satellites en orbite polaire, il existe aujourd’hui de nombreuses photos faisant apparaître les pôles sans cette pastille noire, il suffit de se donner la peine de chercher un peu, et je vous en mets 2 belles ci-jointes.

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/RadarSatAntartica.jpg  https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/Antarctica.jpg


Car il faut aussi remettre dans le contexte les photos des pôles terrestres que vous présentez avec une pastille : ce sont des photos anciennes qui datent de l’époque où les orbites polaires n’étaient pas encore utilisées. C’est comme si vous présentiez au public un enregistrement 78 tours des années 1920, en disant « écoutez comme ils avaient une drôle de voix à l’époque », et bien non, ils avaient la même voix que nous, mais les techniques d’enregistrement et de reproduction ne permettaient pas d’obtenir un résultat aussi proche de la réalité que celui que l’on peut obtenir aujourd’hui. C’est pareil pour les photos.

Donc voilà, je vous encourage à ne pas perdre de vue le contexte des informations que vous recevez et que vous diffusez, et je vous encourage aussi à ne pas vous disperser: si votre objectif est de prouver le « passé fabuleux de la Terre » et que « rien n’est inconnu que ce qui a été oublié » (d’ailleurs un bel adage que j’approuve), ne vous laissez pas entraîner sur des terrains douteux que vous ne maîtrisez pas, ne vous encombrez pas avec des polémiques inutiles et surtout, agissez avec discernement et envisagez les pour et les contre de chacune de vos idées.

En vous en souhaitant bonne réception et bonne réflexion.

Bien cordialement.

Stéphan N……….

Fin de citation

Nous remercions donc vivement l’internaute Stéphan N………, pour ses aimables éclaircissements.

Mais le 20 Octobre 2008, nous avons aussi reçu de l’internaute Mériten, la missive suivante :

—– Original Message —–
From: Meriten…
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Monday, October 20, 2008 3:47 PM
Subject: L’affaire des pastilles.
Bonjour cher Fred,

Je viens de lire le supplément que vous avez mis au paragraphe XVIII du « monde de l’illusion » , et je ne peux m’empêcher de réagir à la lettre de ce monsieur prénommé Stephan qui nous dit, je le rappelle :

« Car il faut aussi remettre dans le contexte les photos des pôles terrestres que vous présentez avec une pastille : ce sont des photos anciennes qui datent de l’époque où les orbites polaires n’étaient pas encore utilisées. C’est comme si vous présentiez au public un enregistrement 78 tours des années 1920, en disant « écoutez comme ils avaient une drôle de voix à l’époque », et bien non, ils avaient la même voix que nous, mais les techniques d’enregistrement et de reproduction ne permettaient pas d’obtenir un résultat aussi proche de la réalité que celui que l’on peut obtenir aujourd’hui. C’est pareil pour les photos... »

Je respecte tout-à-fait son point de vue qu’il défend très bien d’ailleurs. Cependant, il oublie de nous préciser pourquoi ces fameuses pastilles n’apparaissent, sur les photos d’une époque qui ne remonte pas si loin je trouve, qu’à l’endroit des pôles ! Si ces pastilles sont le fait d’une technique présentant des défauts, j’aimerais qu’il nous explique pourquoi on n’en retrouve pas à d’autres endroits de la planète ? De plus, pour un défaut, il est de qualité puisque ces fameuses pastilles semblent avoir été tracées au compas ! Rien à voir avec une quelconque tache aux contours plus ou moins définis.

Enfin, pour en revenir aux deux photos sans pastilles qu’il nous présente en nous disant qu’on trouve des photos récentes sans la tache aux pôles, eh bien oui que maintenant on doit en trouver ! Lorsqu’on s’est aperçu que les pastilles attiraient par trop l’attention, on a dû procéder autrement et masquer avec autre chose qu’un rond noir. Ceci dit, je pense aussi qu’il est possible qu’on ne voit pas toujours ce que cachaient les pastilles et qu’effectivement, en peut avoir des photos non-truquées où les pôles sont montrés entièrement recouverts de glace.

Pour terminer, j’aimerais demander à ce monsieur comment il explique les photos du pôle sud prises par Discovery en 1991, je crois. Les connait-il ? Ce sont de magnifiques photos où l’on voit une aurore australe sortir quasiment de l’ouverture du pôle, bien visible à ce moment-là ! Plusieurs photos existent sous des angles différents… avec toujours vue sur l’ouverture.

Extrait du site : http://www.cosmovisions.com/CTaurores.htm :

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/AuroreAustraleDiscovery91.jpg


Il y a aussi cette admirable aurore australe extraite du site : http://www.photolib.noaa.gov/

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/aurorediffuseNoaa.jpg


Non monsieur Stéphan, ce n’est pas parce que Monsieur Idylle n’est pas un « scientifique » qu’il donne dans n’importe quoi. Je ne me souviens plus de qui est la phrase suivante que je trouve extraordinaire et qui rend hommage à sa manière, à tous les non-scientifiques qui ont fait avancer le monde malgré le freinage des quatre fers de la science officielle :

« Tous les scientifiques disaient que c’était impossible : vint un imbécile qui l’a fait« .


Forza Fred ! Mes amitiés vous accompagnent.

Meriten.

Nos vifs remerciements à l’internaute Meriten pour sa si aimable participation aux investigations d’ ARTivision.

Et de plus, le 22/10/08, l’ami Claude,( Coublanc ) dont on peut admirer les images animées sur notre page de garde, nous disait :

«  Bonjour Fred,

…..Pastille pôle : l’explication de la non-présence d’une pastille sur une photo de la NASA, pourrait sembler convaincante !

Sauf qu’avec les logiciels actuels de retouche d’image, rien de plus facile que de camoufler un détail que l’on ne veut pas montrer ! Donc l’explication ne tient pas.

Bonne journée,

Claude« .

Quand un site chinois , entre dans la danse:

Le Mardi 11 Mai 2010, nous avons eu l’avantage de recevoir de l’internaute Didier B…., la missive suivante :

—– Original Message —–
From: Didier B……..
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, May 11, 2010 5:47 PM
Subject: Envoi d’un message :Une photo satellite du Pôle Sud : n°P-019-0049-5054.jpg

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/Polesudchinois.jpg


Bonjour Fred ,

Voici une photo satellite du pôle sud qui ne manquera pas d’intéresser tes lecteurs.
En effet, vers le centre du continent antarctique, on distingue nettement une forme circulaire évoquant un cratère ou bien un trou vers le centre de la Terre. Je ne peux hélas pas te donner la source, qui est asiatique d’après les caractères inscrits sur l’image.

Merci pour ton travail et bonne continuation.

Didier B……..

Agrandissons donc ce disque insolite : https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/Polesudchinois2.jpg

Pour ARTivision, il ne s’agit pas bien sûr, d’un cratère gigantesque ou d’un trou tout aussi immense, mais simplement d’une pastille de camouflage, qui cache au commun des mortels, des lumières qui lui seraient inexplicables.

Cette affaire est bien sûr, à rapprocher des images de Jean Carlo , vues plus haut, que nous reprenons ici volontairement en raison de leur netteté :

    

, ou celle de Jupiter vue également plus haut :

  https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/CarloimaJupiter2.jpg

Et ici, on voit nettement fuser sous la pastille, placée au pôle sud de Jupiter, des rayons lumineux indiscutables, et pas besoin de sortir de Polytechnique pour remarquer cela.

Et pour compléter cet exposé nous vous présentons aussi cette missive récente :

—– Original Message —–
From: Jérémy…..
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Friday, March 23, 2012 4:40 AM
Subject: Une jolie pastille noire de plus sur le pôle de Saturne

Bonjour Fred,

Une jolie pastille noire de plus, sur le pôle de Saturne sur le site :


 https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/Saturne120323cid_X_MA1_133249203.jpg


Vortex hexagonal, le mystère du pôle nord de Saturne
S’il est bien une énigme dans notre propre système solaire que les scientifiques ne peuvent résoudre, alors il s’agit bien du fameux hexagone de Saturne. Photographié en 2007 par la sonde Cassini (en orbite autour de Saturne depuis 2004), ce phénomène reste en effet inexplicable par les astronomes, qui ont pourtant tenté à de nombreuses reprises de reproduire l’expérience en laboratoire.

Tout comme sur Jupiter, qui est aussi une planète gazeuse, l’atmosphère de Saturne se compose de « bandes nuageuses », qui sont plus facilement visibles sur Jupiter du fait de leur coloration. Ce sont justement ces nuages qui se précipitent au pôle nord de Saturne, et forment inexplicablement une sorte de vortex hexagonal, qui s’inscrit dans un mouvement stable depuis déjà bien longtemps (le premier repérage de ce phénomène a eu lieu dans les années 1980 grâce aux sondes Voyager). L’hexagone du pôle nord de la planète a une envergure très impressionnante, puisque chacun de ses côtés mesure un peu moins de 14.000 kilomètres, sa superficie totale étant deux fois supérieure à celle de la Terre. Il s’agit d’un phénomène exceptionnel, qui n’a jamais été repéré ailleurs dans notre système solaire. Les hypothèses de la communauté scientifique concernant ce phénomène sont très nombreuses (aurore polaire spécifique à Saturne, courant atmosphérique, …) mais aucune de ces explications n’est vraiment satisfaisante. On ne sait pas depuis combien de temps cette formation est présente sur Saturne, ni pendant combien de temps elle pourra rester aussi stable, et c’est justement cette stabilité qui intrigue les astrophysiciens. Source : Miwim


Curieux que l’article ne mentionne pas cette pastille noire:

A bientôt, Jérémy

Une pastille conique sur la gauche et discoïdale au centre. Quelle superbe limite satellitaire que celle-là …N’est-ce pas ?

Enfin voyons quelque chose de plus lumineux…:

De : Alain
Envoyé : lundi 9 avril 2012 15:36
À : fred.idylle@orange.fr
Objet : Une image intéressante sur Google earth…
Cher Fred ,

Je lis à l’instant «  Quand la Chaîne ARTE, participe malgré elle, au contexte dissimulateur des Gouvernants, au sujet de la « Terre creuse« …« .

, et je me permets de vous envoyer une capture d’écran de ce que je vois du Pôle Sud (en pièce jointe). Il n’y a pas de disque noir pour cacher la lumière intense qui se dégage du centre de la Terre… Qu’en pensez-vous ?

Cordiales salutations de Suisse,

Alain…

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/ouverture_polesud120409.jpg

Il y a un certain progrès de Google, car en 2006, on ne voyait que cela :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/AntarctiqueGoogle2.jpg

Pour en savoir plus à ce sujet, revoir le paragraphe XXII de notre article clef : Byrd.html

Mais le 10 Avril 2012, nous avons reçu de l’ami Bernard cette missive superbement significative :

De : Bernard
Envoyé : mardi 10 avril 2012 20:18
À : fred.idylle
Objet : Les nuages aux pÔles….

&     &Cher Fred bonjour,

Je viens de lire le nouveau paragraphe IV, que vous avez ajouté à votre site.

Le Monsieur qui parle de « vieilles techniques photographiques« , fait une « petite erreur« , car certains clichés sont très actuels.

Regardez donc, s’il vous plait, l’image sur le site suivant. Elle date de 2009, donc c’est bien le résultat d’une « technologie actuelle« .


Ou alors est-ce que pour faire des économies, que l’on on embarque de vieux appareils photos des années 20 ? Cette pensée « m’amuse« , il faut m’en excuser…

Amitiés d’……..

Bernard

Vifs remerciements à Bernard, pour sa si aimable participation aux recherches d’ARTivision.

Comme ce site peut disparaître comme par enchantement nous En présentons ici le début :

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/SpaceStation-Shuttle091231.jpg

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/PoleNordNASA534399main_cips_123109-orig_full.jpg

Le premier paragraphe du texte qui accompagne cette photo nous dit :

      «  High up in the sky near the poles some 50 miles above the ground, silvery blue clouds sometimes appear, shining brightly in the night. First noticed in 1885, these clouds are known as noctilucent, or « night shining, » clouds. Their discovery spawned over a century of research into what conditions causes them to form and vary – questions that still tantalize scientists to this day. Since 2007, a NASA mission called Aeronomy of Ice in the Mesosphere (AIM) has shown that the cloud formation is changing year to year, a process they believe is intimately tied to the weather and climate of the whole globe « 

que nous traduisons grosso modo :

      «  Très haut dans le ciel près des pôles à environ 50 miles au-dessus du sol, des nuages bleus argentés apparaissent parfois, et brillent de mille feux dans la nuit. D’abord découverts en 1885, ces nuages sont nommés noctilucents, ou nuages « qui brillent dans la nuit« . Leur découverte a engendré plus d’un siècle de recherches concernant leurs formations et leurs variations et questions qui aguichent encore les scientifiques à ce jour. Depuis 2007, une mission de la NASA appelée Aéronomie glaciaire dans la Mésosphère (AIM),a montré que la formation des nuages change d’année en année, un processus qu’ils croient être intimement lié à la météo et au climat de l’ensemble du globe… « 

Bien sûr, souhaitons un grand courage aux internautes qui veulent en savoir plus et qui voudrons traduire les 17 autres paragraphes de ce site.

Nous remarquons cependant que l’image précédente ressemble beaucoup à celle qui suit :

https://i0.wp.com/www.artivision.fr/docs/TrouPoleNordNASA120405.jpg

, et que l’on découvre, en date du Jeudi 5 Avril 2012, sur le site :

Mais hélas, bien que cette photo possède l’inscription NASA, elle peut être suspecte, car, le Webmaster du site à aucun moment, n’a présenté l’ URL correspondant du site de la NASA . Merci mille fois à l’internaute qui pourrait le découvrir…

III Quand le journal Libération (Sciences), nous fait, le même coup qu’ARTE.

Précisons aussi que c’est dès le 25/04/2012, que nous avons reçu de notre ami Jean-Philippe, l’information en question, qui est placée sur la page :

Or donc, le 26 Avril 2012, nous avons reçu de notre ami suisse Alain le message important suivant :

De : Alain…
Envoyé : jeudi 26 avril 2012 01:44
À : fred.idylle@orange.fr
Objet : Photo de l’Arctique par Cryosat – édition du 25.04.2012

Bonsoir Fred !

Curieuse photo, n’est-ce pas…?


Affaire à suivre… Amitiés suisses,

Alain ….

Comme ce site peut disparaître comme par enchantement du jour au lendemain, en voici le principaux éléments :

 https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/LiberationScience120425a.jpg
https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/LiberationScience120425b.jpg

https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/LiberationScience120425c.jpg
Notez bien, la présence d’une rosace surprenante au Pôle Nord…

Mais en activant la vidéo en question, on voit apparaître progressivement, au Pôle Nord, un disque sombre insolite :

 https://i1.wp.com/www.artivision.fr/docs/LiberationScience120425d.jpg

Puis l’apothéose arrive :

https://i2.wp.com/www.artivision.fr/docs/LiberationScience120425e.jpg

Quant à nous expliquer la présence de ce cercle bleuté, d’où semblent s’échapper (sur cette dernière photo), de nombreux rayons lumineux, qui éclaboussent la région…Motus et bouche cousue….

La vidéo Youtube complète ==>

A vous de juger… documents à l’appui.

Fred IDYLLE pour ARTvision ==> http://www.artivision.fr/docs/articleARTEtc.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s